Les logs dans le monde du transport : Une révolution économique! (Available in french only)

ALCTTransportation News

L’arrivée des logs va chambouler le monde du transport dans les temps à venir. Avec les nouvelles réglementations, les rôles seront inversés : ce seront désormais les transporteurs qui auront le long bout du bâton. En effet, en réglementant sévèrement les parcours des camionneurs, ceux-ci se retrouveront dans un marché où ils n’auront plus à vendre leur services à des prix et des conditions dérisoires. Comment les manufacturières pourront s’adapter? Nous vous présentons ici 2 publications sur le sujet : une vidéo explicative réalisée par une compagnie de transport, ainsi qu’un article publié récemment dans le Journal de Québec.

Vous trouverez en bas de cet article l’avis et les recommandations de ALCT.


Vidéo produite et réalisée par ONTRUCK


Camionneur sous pression (Journal de Québec)
Mercredi, 17 mai 2017 

Marc-André Gagnon

Les camionneurs en manque de sommeil, qui ne respectent pas les règles sur les heures de conduite, sont de plus en plus nombreux à se faire pincer par les contrôleurs routiers, a appris Le Journal.

Des documents obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information révèlent que le nombre d’avertissements et de billets d’infraction remis aux conducteurs de véhicules lourds pour non-respect du règlement sur les heures de conduite et de repos a augmenté de façon inquiétante.

L’an dernier, les agents de Contrôle routier Québec ont distribué près de 3000 constats d’infraction, une hausse de 50 % par rapport à 2010.

Le nombre d’avertissements a carrément explosé: les contrôleurs routiers en ont remis plus de 8000 en 2016. Il y a cinq ans, ils en remettaient cinq fois moins.

Amendes sévères

Les amendes peuvent atteindre jusqu’à 1730 $ si le camionneur délinquant est son propre patron.

«Les amendes sont très sévères. […] Vous savez, une amende peut équivaloir quasiment à une semaine de paye», a souligné Marc Cadieux, président de l’Association du camionnage du Québec.

C’est lorsque la sécurité routière est mise en péril que les contrôleurs émettent des billets d’infraction. Si l’erreur est de nature administrative, le camionneur s’en tire généralement avec un avertissement, sauf s’il s’agit d’une récidive.

«Quand ça touche la sécurité routière, que les heures de conduite sont excédées, c’est là que ça devient dangereux», a expliqué Benoit Lapierre, qui est contrôleur routier depuis une dizaine d’années.

Cette hausse du nombre d’avertissements et de constats d’infraction s’explique par l’intensification des efforts de contrôle et de prévention de la fatigue au volant, selon le porte-parole de Contrôle routier Québec, Éric Santerre.

«La fatigue au volant demeure la troisième cause d’accidents mortels sur nos routes. Même s’ils ne représentent pas la majorité des cas, on sait très bien que les accidents impliquant un véhicule lourd auront des conséquences beaucoup plus lourdes», a-t-il expliqué.

Les résultats commencent donc à paraître. Pour l’ensemble des camionneurs interceptés sur les routes du Québec, le taux de conformité par rapport aux heures de conduite et de repos est passé de 82 % en 2014 à 85 % en 2015 et 86 % l’an dernier.

LE REGISTRE ÉLECTRONIQUE DEVRAIT TOUT CHANGER

La mise en place éventuelle par le gouvernement fédéral d’un registre électronique obligatoire risque de donner du fil à retordre à ceux qui trafiquent leurs feuilles d’heures de conduite.

«On ne se mettra pas la tête dans le sable, oui, il y en a qui peuvent le trafiquer [leur registre des heures de conduite]. Ils ont des voyages à faire dans des temps à respecter», reconnaît le porte-parole de Contrôle routier Québec, Éric Santerre.

À l’heure actuelle, le registre se remplit sur papier. Avec un logiciel installé sur une tablette ou un ordinateur de bord avec GPS, il sera plus difficile de mentir sur ses heures de conduite.

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) n’en demande pas moins. En décembre prochain, les Américains imposeront le registre électronique sur leur territoire. Le Canada tarde à emboîter le pas, ce que déplore l’ACQ.

Sécurité et compétitivité

«C’est quelque chose qui est très attendu, oui, au niveau de la sécurité, mais aussi au niveau de la compétitivité», a souligné Marc Cadieux, PDG de l’ACQ, qui pointe aussi du doigt les expéditeurs.

«Pour eux, que le camionneur attende une heure, deux heures, trois heures dans leur cour, ils n’en ont rien à cirer», dénonce M. Cadieux.

Cela expliquerait, entre autres, pourquoi certains en arrivent à tricher pour rattraper le temps perdu, ce qui alimente une forme de «compétitivité déloyale», regrette le représentant des transporteurs.

 


Ne pouvant plus s’attendre à des délais de transport plus courts que la réglementation ou à des tarifs en bas de la moyenne, les manufacturières devront trouver d’autres façons de générer des économies.

Voici où ALCT entre en jeu : nous pouvons aider ces entreprises à réduire leur frais d’exploitation en ce qui à trait aux coûts de fret, et ce grâce à une meilleure gestion.

Contactez-nous pour des plus amples renseignements.